PCI.V - Perlite Canada Inc


#1

Perlite Canada (PCI.V) :
Actions en Circulation : 10 813 000
Options exerçables à 0.56$ : 1 600 000
Prix de l’action : 0.66$
Capitalisation boursière complètement diluée : 8.2M$
Initié FD : 35.6%
P/E LTM: 6.8x
EV/EBITDA LTM: 4.11X
FCF Yield LTM ajusté pour le FDR : 20%

Sommaire: Depuis 1993, Perlite Canada produit de la perlite et de la vermiculite brute et expansée. Active dans le secteur des minéraux industriels, Perlite Canada produit, transforme et met en marché ses produits, elle est la seule compagnie canadienne intégrée dans ce domaine. Perlite Canada opère deux usines au Québec, l’une à Montréal (siège social) et l’autre dans la région de Rivière-du-Loup, où elle emploie une trentaine d’employés pour ses opérations. Elle a généré des ventes d’environ 8.2M$ en 2017 (fin d’année au 31 octobre).
http://www.perlitecanada.com

Historique:
La compagnie avait à ses débuts un volet d’exploration minière (elle explorait pour des gisements de perlite en Gaspésie et en Colombie-Britannique, mais c’est ensuite recentré en 1998 vers ses activités d’expansion de perlite. En 2009, elle réalise l’acquisition de Vermiculite inc., son principal compétiteur au Québec dans la Perlite avec une usine à Lachine et ajoute par le fait même la vermiculite à sa gamme de produits. À ma connaissance, elle n’a pas d’autre compétiteur au Québec et la compétition dans les maritimes et l’Ontario provient de compagnies américaines.

Produits:
Perlite expansée (environ 70% des ventes): Roche d’origine volcanique, la perlite possède la propriété de prendre de l’expansion après broyage et cuisson. Lorsque chauffée à très haute température, elle peut dilater de quatre à vingt fois en volume. Lors de la dilatation, les particules de perlite forment des granules blancs qui présentent de minuscules cavités ou pores. Ces pores de surface peuvent retenir l’humidité nécessaire aux racines des plantes et, par leur forme, laissent des passages d’air dans la base d’une culture établissant ainsi une aération optimale. C’est pour cette raison qu’elle est fortement utilisée dans le secteur horticole ou Perlite Canada réalise plus de 90% de ses ventes.

Vermiculite expansée (environ 30% des ventes): De couleur se situant entre le brun foncé et le brun doré, la vermiculite prend la forme d’un flocon lorsqu’elle est sèche. Il existe de nombreux usages industriels pour celle-ci, elle est surtout utilisée en horticulture pour ses qualités d’aération et de rétention de l’eau et des fertilisants.

Les ventes de perlite et de vermiculite da la compagnie sont surtout réalisé dans le secteur horticole étant donné la proximité de ses usines avec la sa clientèle de producteur de tourbe de sphaigne. Toutefois il est à noter que dans le reste de l’Amérique du Nord, la perlite et la vermiculite sont surtout utilisées dans le secteur de la construction (maçonnerie, mélange de béton, panneau isolant ou coupe-feu, abrasifs, mur de son d’autoroute, etc.) et dans diverses autres applications comme dans la filtration (de l’air, de l’eau contaminée, de plusieurs liquides comme la bière, le vin, etc.). Ci-dessous un lien pertinent sur les applications de la perlite :

https://www.perlite.org/

Taille et taux de croissance de l’industrie:
Selon quelques rapports consultés, j’estime la taille du marché mondial de la perlite et de la vermiculite expansée a environ 1.5GUS$. Le taux de croissance estimé du marché de la perlite expansée par Transparency market research est de 7.3% d’ici 2023 projetés par la croissance dans le secteur horticole, dans le secteur de la filtration et aidé par la solidité de l’industrie de la construction. En terme de fragmentation de marché, il y a présentement 47 usines de perlites expansées et 17 usines de vermiculite expansée en Amérique du Nord (propriété d’une vingtaine de compagnies) selon les données de l’USGS. Finalement, du côté de l’approvisionnement en perlite brute, il y a 7 mines en activité dans le sud-ouest des États-Unis qui fournissent la perlite brute dans l’ouest du continent (surtout par train), tandis que l’est du continent se fournit majoritairement de perlite brute provenant de Grèce (deuxième plus gros producteurs mondial après la Chine).

Sommaire financier:
Ventes : Perlite Canada a généré une croissance des ventes moyennes de l’ordre de 15% au cours des deux dernières années causées par :
• Des augmentations de volume de vente dans le secteur horticole (chez les producteurs de tourbe et dans le secteur des serres)
• Une augmentation des prix auprès de la clientèle en 2016; suite à une forte hausse du dollar américain en 2015 qui avait affecté négativement les marges brutes de la compagnie (la perlite/vermiculite brute sont achetés en $ américain et c’est le principal coût de la compagnie).
Profitabilité : La marge BAIIA a connu une formidable croissance passant de 9.3% en 2015 à 21.2% en 2017. Cette augmentation des marges s’explique en autre par :
• Une gestion efficace des frais d’administration et des couts fixes de production (les SG&A sont environ au même niveau depuis 2013 pendant que les ventes annuelles ont augmenté de 2.5M$).
• L’investissement en R&D de la compagnie afin d’améliorer son procédé de transformation et de développé des nouvelles applications à plus fortes marges
• La baisse récente du dollar américain a contribué à l’amélioration de la profitabilité.
Selon mes prévisions, la compagnie devrait générer entre 0.08 et 0.10$ de profit par action cette année (se terminant le 31 octobre 2018) basée sur des marges relativement stables et une croissance organique prudente d’environ 5%.

Bilan: J’anticipe que la compagnie aura complètement payé sa dette au cours des deux prochains trimestres. Perlite Canada génère beaucoup de Free Cash flow étant donné que ses opérations ne requièrent que peu de capital de maintenance (seulement 42K$ en 2017 et 10K$ en 2016) avec ses équipements qui ont une longue durée de vie. De plus, je n’anticipe pas de grosse dépense en capital au cours des 2 prochaines années étant donné que la compagnie à la capacité interne pour générer 10M$ de ventes (versus 8.2M$ en 2017). Par la suite, la compagnie aurait la capacité d’agrandir son usine de Saint-Pacôme ou elle est propriétaire et possède de l’espace pour procéder à un grandissement.

Forces:
Très faible multiple d’évaluation (P/E LTM: 6.8x, EV/EBITDA LTM: 4.11x), probablement une des plus faibles évaluations sur le TSXV.

Forte capacité d’autofinancé sa croissance avec ses Free Cash flow. Peu de capital de maintenance requis.

Clientèle stable et en croissance (producteur de tourbe, serres) avec un risque économique inférieur à la moyenne.

Positionnement géographique stratégique de ses deux usines au Québec.

Bilan solide permettant d’accélérer certains projets de croissance. Au moment d’écrire ces lignes, la société pourrait ne plus avoir aucun endettement bancaire.

Mini monopole: Le ratio valeur/coût de transport de la perlite/vermiculite est très faible et il n’est pas économique de transporter de la perlite à plus de 7 heures de route d’une usine ce qui protège en partie Perlite Canada au Québec, des compétiteurs américains.

Équipe de direction et alignement avec les actionnaires: J’ai rencontré à quelque reprise l’équipe de direction et je suis très impressionné par leur connaissance de l’industrie. Les initiés possèdent sur une base pleinement diluée 35.5% des actions ce qui crée un fort alignement avec les actionnaires.

Faiblesses/risques :
Très faible liquidité. Investisseurs court terme s’abstenir. La liquidité s’est toutefois grandement améliorée au cours de la dernière année. L’implantation d’un programme de rachat d’action pourrait aussi contribuer à augmenter la liquidité sur le titre.

Une hausse du dollar américain ou des coûts de l’énergie (gaz naturel, essence et mazout) aurait un impact négatif. Le risque du dollar US du côté des coûts est en partie contrebalancé par des hausses de ventes chez ses clients producteurs de tourbe qui exporte la majorité de leur production aux États-Unis (plus compétitif sur le marché américain lorsque le dollar US est fort).

Perte de clients majeurs (2 clients de la compagnie représentent 48% des ventes). Toutefois, les relations d’affaires avec ces 2 clients existent depuis de nombreuses années ce qui atténue ce risque. Finalement, la croissance plus élevée dans le secteur des serres devrait progressivement réduire la concentration.

Risque d’approvisionnement en perlite et vermiculite brute. En 2012, la perte de son fournisseur de vermiculite sud-africain avait causé d’importantes pertes financières. De plus, le secteur de la production de vermiculite brute est fortement concentré (3 gros joueurs). Ce risque est toutefois inférieur du côté de la perlite étant donné la relation de très longue date avec son fournisseur et la plus grande fragmentation de la production brute.

Évaluation :
Basé sur DCF avec un taux d’actualisation de 12.4% et taux de croissance long terme de 3% j’obtiens un prix cible de 1.40$.

Catalyseurs :

Acquisitions : Il est à noter qu’il y a plus de 20 producteurs de perlite vermiculite expansée en Amérique du Nord dont la plupart sont des entreprises familiales avec des tailles similaire ou inférieure à Perlite Canada.

_Vente à un stratégique :_Plusieurs gros joueurs du secteur (Imerys, Sun Gro) seraient probablement intéressés à faire une percée dans l’est du Canada. Une possibilité serait Dicalite Management, le plus gros joueur nord-américain de Perlite/Vermiculite (12 usines dont 2 dans l’Ouest canadien et une dans le Maine et 4 mines). Il couvre toute l’Amérique du Nord excepté l’est du Canada et est intégré. En terme d’employé, il est environ 10 fois la taille de Perlite Canada.

Augmentation de la production de légumes en serre : Comparativement à l’Europe, le Canada (particulièrement le Québec) est loin derrière en terme de surface de production en serre. L’Espagne avec ses 40 000 ha et les Pays-Bas avec près de 10 000 ha sont les principaux producteurs en serre de l’Europe. En 2016, la superficie canadienne de production de légumes en serre se chiffrait à 1568 ha. L’Ontario occupe le premier rang avec 69% de cette superficie, la Colombie-Britanique le deuxième rang avec 19% et le Québec le troisième rang avec seulement 6%. Dans un contexte de croissance de la demande pour des produits frais, santé et locaux, la production serricole québécoise pourrait s’accélérer avec de nouveaux projets et réduire l’écart avec l’Ontario.

Explosion du secteur de la production de cannabis: Peut-être le potentiel caché de la compagnie. Il est difficile de quantifier l’impact qu’aura le développement du secteur au Canada, mais il est certain que le secteur des serres utilisant comme intrant de la perlite/vermiculite seront construites dans le territoire desservi par Perlite Canada. Le Québec avec ses très bas coûts d’énergie est d’ailleurs un très bon endroit pour y implanter des serres productrices de production de cannabis. Ci-dessous des articles sur le développement de l’industrie au Québec et des articles sur l’utilisation de la Perlite dans la production de cannabis.
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1067881/cannabis-millions-dollars-retombees-producteurs

http://www.lapresse.ca/affaires/economie/agroalimentaire/201802/14/01-5153804-cannabis-le-plus-important-fournisseur-de-la-saq-sera-quebecois.php

http://www.growweedeasy.com/should-i-use-perlite-for-growing-cannabis

https://forum.grasscity.com/threads/the-best-medium-in-the-world-100-perlite.1050782/

http://www.mymarijuana.ca/?lang=fr

https://www.pthorticulture.com/fr/zone-du-savoir/simplifier-la-culture-bio-les-meilleures-composantes-dans-un-substrat-de-culture/

Privatisation : Étant donné la faible taille et le coût d’être une société publique la direction pourrait être tentée de vouloir privatiser. Les initiés contrôlent 36% des actions FD et le bilan permettrait l’ajout de dette bancaire. Scénario possible dans un horizon de 2 ans selon moi si la compagnie ne trouve pas de projet d’expansion.

Nouvelles applications : Contrairement aux compétiteurs américains, Perlite Canada vend très peu aux secteurs de la construction et de la filtration. Finalement, la compagnie travaille activement sur des nouvelles applications à plus forte marge.

Expansion de multiple d’évaluation : La compagnie se transige à un P/E LTM de 6.5X. Ce très faible multiple s’explique par une très faible liquidité, une forte concentration de client élevé et un risque important relié au taux de change. Toutefois, malgré ces éléments, j’évalue qu’un multiple de 10x les profits seraient justifiés ce qui serait quand même de 5 à 6x inférieur à la moyenne du marché.
Autres : Avec des Free cash-flow élevés (+20% de FCF yield), la compagnie pourrait procéder à des rachats d’actions ou à l’instauration d’une politique de dividende ce qui contribuerait à une expansion de multiple.

Divulgation: Je suis un actionnaire de longue date de la compagnie.


#2

`Très beau dossier bien expliqué. Tu piques ma curiosité! :slight_smile:


#3

Le portrait que vous exposer reflète bien la réalité. Cependant cette compagnie n,a pas bougé depuis 10 ans.


#4

Un peu d’historique pour expliquer le 10 ans:

2008: guerre de prix entre Perlite Canada et son plus gros compétiteur Vermiculite inc au Québec. Plus grosse perte de son histoire.
2009: acquisition de de Vermiculite inc pour un prix selon moi très élevé. Ajout dune très grosse dette sur le bilan (aucune dilution).
2010. Intégration de l’acquisition, fermeture de lancien siege social et de lusine près de Trois Rivières. Beaucoup de frais occasionnés par l’intégration en plus d’investissement dans l’amélioration de l’équipement de production de perlite expansée de l’usine de Lachine(vermiculite inc).
2010-2013: Le fournisseur de Vermiculite brute de Perlite Canada augmente de façon importante ses prix ce qui nuit au vente et au marge de la compagnie. Ceci arrive au moment ou la compagnie sest fortement endetté. En 2011, il y a la pire recolte de tourbe au Quebec des 10 dernières années ce qui affecte négativement les ventes de ses gros clients et les siennes. En 2012 elle effectue une restructuration dans ses coûts d’opérations.
2013: Retour a la rentabilité. Elle poursuit son ancien fournisseur de vermiculite pour hausse de prix abusive, poursuite quelle règle à l’amiable en 2016. Elle a entre temps trouvée un nouveau fournisseur de vermiculite brute.
2015: la forte hausse du dollar US vs le CAD affecte grandement la profitabilité de la compagnie.
2016: Hausse de prix de vente aux clients pour refléter la hausse du $US. Forte hausse des volumes de ventes et de la rentabilité. Diminution marquée du risque financier.
2017: meilleure année de l’histoire de la compagnie.

En gros un perfect storm avec beaucoup d’éléments hors du contrôle de la compagnie explique majoritairement la sous performance de laction entre 2008 et 2015. Sans ce perfect storm le prix serait beaucoup plus haut aujourd’hui.


#5

Allo Stéphane ! Merci pour ce post, beau travail!

Question pour toi :

Au niveau de la demande :

Sais-tu si la croissance des ventes de PCI vient majoritairement de la hausse du prix des matières transformées ? Ou plutôt des mêmes clients qui commandent plus en terme de quantité ?

Au niveau de l’offre:

Pourquoi il y a si peu de mines/fournisseurs ? Parce que c’est une ressource rare ou parce que les marges sont très faibles?

Au niveau de la valorisation:

C’est surement une des actions les moins chères du moment (basée sur le trailing).
Je pense (point de vu perso) que ton taux de 12.4% est trop agressif: les clients sont très concentrés et comme tu l’as dit il n’est pas rentable de livrer a plus de 7h de route…Cela empêche les compétiteurs de venir, mais je pense que ça limite les perspectives de croissance.
En revanche, même avec un 15% on a une belle espérance de rendements.

Depuis que tu m’as parlé de cette compagnie (Oui c’est Florian Btw), je me demande a quel point PCI peut encore croître dans un périmètre de 7h… Je pense que les multiples faibles viennent en partie de cette réflexion.
Par contre, c’est évident que PCI pourrait être une excellente cible pour une entreprise américaine qui veut s’étendre au Québec…
J’imagine qu’il y a déjà eu des transactions de ce genre, a combien de xEBITDA ?

Merci,

Florian.


#6

Salut Florian,

Toujour des bonnes questions😀.

Demande:
La croissance des deux dernières années provient environ 50/50 dune croissance de volume et de prix.
Je nai pas trouvé de données sur la perlite expansé mais pour la perlite brute les prix ont augmenté en moyenne de 2 a 5% pendant les 20 dernières années.
Dans mes prévisions jutilise 5% de croissance mais je pense que la croissance du secteur des serres(cannabis et autres) devrait générer une croissance de volume bien au delà de ce chiffre en plus des hausse de prix.

Offre:
Le marché de la perlite est assez niche( encore plus pour la vermiculite). Du côté des mines, a cause de la géologie du territoire nord americain, il ny a pas de gisement de perlite brute de bonne qualité commercialement exploitable dans l’Est du continent(ca serait bien den trouver un). Du côté de la vermiculite, il y a seulement 3 mines aux états-unis qui produisent de la vermiculite de qualité industrielle. La perlite horticole provient majoritairement d’Afrique du Sud. Selon moi, le côté minier est tres profitable mais les joueurs son aussi très discipliné pour ne pas inonder le marché. Dans une perpective long terme et avec beaucoup de capitaux, Perlite Canada pourrait regarder pour s’intégrer verticalement si une opportunité ce présentais et ainsi augmenter sa rentabilité.

Du côté des usines dexpension, l’industrie fonctionne un peu comme celle des carrières de sable et gravier, (mini monopole régional, capacité d’augmenter les prix, économie d’échelle impressionnante sur les coûts fixes ). La aussi on voit une plus grande discipline sur la gestion de l’offre. Malgré la croissance que le marché a connu en Amérique du Nord, le nombre dusine est en baisse depuis 20 ans.

Evaluation: le taux dactualisation est toujour discutable. Ton point sur la concentration est valable mais ces 2 gros clients sont avec la compagnie depuis plus de 15 ans(très près des usines donc tres faible coûts de transport) et cette concentrais est en diminution et le sera davantage avec la croissance du secteur des serres et des nouvelles applications. De plus le risque économique est faible ici.

Côté croissance, il reste encore beaucoup de place pour croître dans les territoires adjacents aux usines de la compagnie ou il y a davantage de compétitions (Ontario, Nouveau Brunswick, Nord est américain).

Transaction: je nai pas trouver de transaction mais je pense qu’avec les perpectives de croissance et les marges BAIIA générées par la compagnie un multiple de 6-8x le BAIIA avant synergies serait envisageable. Du côté synergie, juste l’élimination des coûts d’être une compagnie public pourrait être intéressante pour un acheteur. Possibilité de faire un reverse takeover aussi.

J’espère que j’ai répondu à tes questions. On s’en parle plus au prochain 5a7.


#7

Parfait,
Merci pour ces précisions :wink:


#8

Beau travail!! J’aime bien lorsque tu mentionnes que c’est un « mini-monopole ».
Il semble y avoir un très belle horizon pour Perlite.


#9

Bonjour,

Que pensez-vous des résultats du 1er quart de 2018 de l’entreprise?
Les actions ont diminiué de 0,66$ à 0,59$ depuis la nouvelle, pourtant les résultats sont tout de même positif.

Merci!


#10

Le titre n’est pas très liquide et il peut avoir des variations assez importantes sur le titre (comme aujourd’hui de 0.59$ à 0.68$ pour ensuite baisser a 0.65$) et comme c’est assez la norme dans l’univers des petits micro cap a faible float. Pour des investisseurs long terme, l’illiquidité est un allié et procure souvent de bons points d’entrée lorsque certains investisseurs impatients vendre leurs positions.

Résumé des résultats du premier trimestre de 2018(31 janvier):

_Vente:_Vente en hausse de 5.4% vs l’an passé. Je m’attendais à une croissance plus faible pour ce trimestre étant donné la comparaison difficile avec l’an passé (+27% en Q117)

_Marge Brute:_Marge brute de 30,5% vs 25,7% l’an passé. Il s’agit d’un record pour la compagnie pour le premier trimestre. Je m’attends à des marges supérieures au Q218 étant donné que le 2e trimestre est toujours le plus élevé de l’année en termes de ventes et le levier opérationnel sur les coûts fixes est à son maximum.

_BAIIA: Marge BAIIA de 19% vs 15.3% l’an passé(excluant les gains et pertes de change et les dépenses de stock options. En dollar, c’est encore une fois un record pour un premier trimestre.

Bénéfice net: 184k vs 293K l’an passé. À noter que la compagnie ne payait pas d’impôt l’an passé ce qui explique 104k de différence(et l’impôt est non cash). Finalement une charge non cash de stock option(hausse du prix de l’action) à réduit le bénéfice net de 102 k. En comparant des pommes avec des pommes, le bénéfice net comparable est de 390k vs 293k soit une augmentation de 33%.

_Cash Flow:_Le cash flow est le nerd de la guerre chez une et c’est sans doute de ce côté que la compagnie surperforme le plus. Avant changement dans le fdr on est à 462k vs 378k l’an passé (hausse de 22%). Après la variation dans le FDR on est à 659k vs 79k l’an passé(anormalement bas l’an passé). Finalement en termes de FCF on est à 615k pour le trimestre, un autre record. En termes de création de valeur par action reliée au free cash flow et donc à l’amélioration du bilan, on parle de 0.05$ par action juste pour le premier trimestre.

_Bilan:_Perlite Canada est maintenant en position net de cash et donc en très bonne position pour investir dans des initiatives de croissance. L’instauration d’un dividende et/ou un programme de rachat d’action sont aussi très probables à court terme. Juste avec les free cash flow(FCF yield de +20%), le taux de dividende pourrait être très intéressant tout en ayant la capacité d’investir dans la croissance.

En gros un excellent trimestre au-dessus de mes attentes.


#11

Intéressant article sur les attributs de la Perlite dans le secteur horticole:

J’aime bien le dernier bullet du point 6: Cannabis growing

Résumé des résultats du deuxième trimestre de 2018(30 avril):

_Vente:_Vente en hausse de 8.7% vs l’an passé. Je m’attendais encore une fois à une croissance plus faible pour ce trimestre étant donné la comparaison difficile avec l’an passé (+17% en Q217). Les ventes de perlite ont été très forte au Q2 (+24%) et sans les ventes anormalement élevés de vermiculite l’an passé, la croissance des ventes aurait dépassés les 15%.

_Marge Brute:_Marge brute de 35,8% vs 32,3% l’an passé. Il s’agit d’un record pour la compagnie pour le deuxième trimestre (le Q2 est toujours le plus élevé de l’année en termes de ventes et de marge puisque le levier opérationnel sur les coûts fixes est à son maximum).

BAIIA: Marge BAIIA de 28% vs 24% l’an passé (excluant les gains et pertes de change et les dépenses de stock options). En dollar, c’est encore une fois un record pour un deuxième trimestre(+26% vs Q2 2017).

Bénéfice net: 341k vs 410K l’an passé. À noter que la compagnie ne payait pas d’impôt l’an passé ce qui explique 160k de différence. Finalement une charge non cash de stock option(non cash) à réduit le bénéfice net de 98 k.

Cash Flow: Avant changement dans le fdr on est à 509k vs 477k l’an passé . Finalement en termes de FCF on est à 528k . En termes de création de valeur par action reliée au free cash flow et donc à l’amélioration du bilan, on parle de 0.05$ par action juste pour le deuxième trimestre (0.10$ par action en deux trimestres).

_Bilan:_Position d’encaisse qui grimpe rapidement (743K). L’instauration d’un dividende et/ou un programme de rachat d’action sont aussi très probables à court terme. Cela à d’ailleur discuter à la dernière asemblé des actionnaires et la direction semblais ouverte à l’idée. La compagnie devrait terminé l’année avec un encaisse de 1.4M$.

Evaluation: Selon mon modèle financier, le ratio EV/EBITDA est de 2.8x pour 2018 et 1.9x en 2019 soit une évaluation ridiculement basse.

En résumé, un autre excellent trimestre au-dessus de mes attentes et un titre plus que jamais sous évalué.

Assemblé annuelle des actionnaires:

Quelques point intéressants mentionné à l’assemblé:

Frais SG&A du Q1:
Les frais SG&A du premier trimestre était plus élevé que la normale puisque la compagnie a engager un consultant pour implanter une stratégie de couverture de devise afin de réduire son risque relié à une baisse du dollar canadien. De plus, la compagnie a aussi regardé pour un projet d’acquisition qui na finalement pas fonctionné(hausse des frais proffessionels).

Usine de Lachine:
Il resterait moins de 2 ans au bail du site de Lachine. La Direction évalue différentes options (statu quo, un autre site plus près de ses clients ou un agrandisement de l’usine de Saint-Pacôme qui lui appartient). Les deux derniers scenarios pourraient apporter des économies intéressantes(loyer, transport). Le troisième scénario (agrandissement) nécéssiterait un investissement de l’ordre de 1M$ à 2M$ dépendament de la taille et pourrais être financé à même l’encaisse ou un emprunt bancaire.

Marché du Cannabis:
La Direction a contacter au début de l’année différents producteurs (ou futurs producteurs) a de multiples reprises mais sans rien de concret actuellement. Toutefois, selon ce qui a été observé en Ontario, la consommation de Perlite/Vermiculite a augmenté dans les serres ayant changées la production de légumes pour le cannabis. La Direction pense que ce sera ses clients actuels (ex. : Scotts, Lambert) qui fourniront un substrat déjà préparé au producteur de cannabis. Ces derniers pourraient peut-être faire eux même leur propre « recette » de substrat (dans ce scénario, Perlite vendrait directement aux producteurs). Dans tous les cas, Perlite Canada devrait en bénéficier. Difficile par contre d’évaluer actuellement l’impact sur la demande à court terme. Le produit de type « gros flocon » fabriqué par Perlite Canada(un des seules en Amérique du Nord à fabriquer ce produit) est particulièrement adapté pour le marché horticole. Ce qui est de bon augure pour la production de cannabis.

Article intéressant sur le leader nord américain des substrats et client de la compagnie qui a fait de nombreuses acquisitions dans l’univers hydoponique pour prodité de la croissance élevé du secteur.

Divulgation: Je suis toujour actionnaire de la compagnie.


#12

Félicitation aux actionnaires
PERLITE CANADA INC. ANNOUNCES AGREEMENT WITH MANAGEMENT TO TAKE THE CORPORATION PRIVATE FOR A CASH CONSIDERATION OF $0.80 PER SHARE