La Cuisine Espace MicroCaps - Discussions ouvertes


#1202

@SimB j’ai rencontré le CEO au MicroCap Leadership Summit en septembre dernier. Pour être honnête, je n’avais pas été trop impressionné. Sa présentation était difficile à suivre et je n’avais pas trop compris l’opportunité.

Il semble que le Super Greensand procure certains avantages par rapport au potash conventionel, mais le prix est équivalent. Je demande de quoi aura l’air le cycle d’adoption dans l’industrie. J’ai l’impression qu’il faut vraiment que le produit soit supérieur pour qu’un fermier décider de changer ce qui fonctionne déjà pour un produit qui coûte le même prix mais qui promet certains avantages supplémentaires.

Aussi, la présentation aux investisseurs mentionne une opportunité dans le secteur du cannabis. Au Summit, un autre investisseur avait demandé des détails sur cette opportunité, et le CEO avait mentionné que ce n’était pas vraiment un focus mais qu’il l’avait écrit dans la présentation aux investisseurs parce que c’est populaire et que les investisseurs aiment voir ça. J’avais trouvé ça un peu ordinaire lol.

Tout ça pour dire que ce n’est pas nécessairement une mauvaise opportunité, mais pas mon style pour l’instant.


#1203

Effectivement ordinaire le truc du cannabis :neutral_face:

C’est vrai que c’est un milieu plutôt conservateur et pourquoi changer une formule qui fonctionne déjà. Le cycle d’adoption pourrait être très très long voire ne jamais se matérialiser.

D’un point de vue optimiste, la compagnie a émit un communiqué récemment et les ventes et la demande semble être au rendez-vous. Si ils arrivent à atteindre l’objectif de 200 000 tonnes, ce serait assez significatif. Ce sera définitivement à surveiller :

Delivery of Orders for 2018 and Incoming Orders for 2019

The Company delivered 29,647 tonnes of product in 2018, having had to waive over 17,000 tonnes of orders because the mine and processing plant were closed down early because of the earlier than usual rainy season. Previously, in 2017, total sales approached 5,000 tonnes.

Orders for the 2019 season were opened late 2018 and Verde has already received orders for over 14,170 tonnes, down payment for which has been mostly received. Mining and production will resume after the end of the rainy season in mid-March. The Company is aiming to sell 200,000 tonnes of product throughout 2019.


#1204

Circa Reports Sales and Operating Results for the Fourth Quarter and Fiscal Year Ended December 31, 2018

Compagnie qui se transige à moins de 10x les profits. Le titre est très illiquide!


#1205

Est-ce qu’il existe une analyze/étude de la compagnie? Je serai interessé d’en savoir plus mais s’il n’y a rien, je vais me pencher dessus par moi même


#1206

La compagnie est profilée sur le MicroCap Club (il faut être membre ou abonné payant pour voir le contenu). À part ça je ne suis pas au courant d’autres endroits où l’entreprise aurait été profilée.


#1207

TSU.to nouveau sommet à 30 $ aujourd’hui. Secteur ennuyant mais Trisura est profitable et en forte croissance.

J’ai débuté le sujet sur Corner Berkshire & Fairfax … si vous voulez contribuer du nouveau contenu, vous êtes plus que bienvenue!

http://www.cornerofberkshireandfairfax.ca/forum/investment-ideas/tsu-trisura/


#1208

Salut! Pouvez-vous m’aider à me faire une tête sur ces deux questions svp?

  1. Est-ce qu’il y a des investisseurs institutionnels qui investissent sous les 100M$ de capitalisation boursière? Autrement dit, si je regarde XBC, à 1,75$ elle attirerait l’attention d’institutions. Est-ce que ce sweet spot est une illusion?

  2. Comment évaluez-vous une entreprise avec un très petit market cap, sachant que le vrai argent (d’investisseurs) viendra beaucoup plus tard, ou jamais? Est-ce que « Can attract institutions? » est un de vos critères?

Si vous avez d’autres idées à partager en périphérie à ces questions, je suis toute ouïe !

:v:


#1209

Très bonnes questions je suis curieux aussi. J’ajouterais p-e le prix de l’action comme “catalyst” potentiel, par exemple je crois que certains brokers acceptent les titres achetés sur marge à partir de 2$, d’autres 3$ et 5$ (marge réduite).

Par exemple, j’ai l’impression que XPEL dans le coin de 5$ et moins récemment étaient probablement des margin calls couplés aux pertes de fin d’années…probablement une excellente opportunité d’acheter à ce moment là.


#1210

1- 1.00$ ou 100M$ de market cap
2- Une microcap doit avoir le potentiel de multiplier plusieurs fois sa valeur pour atteindre 1.00$ ou 100M$ de market cap. Autrement it’s a value trap!


#1211
  1. Est-ce qu’il y a des investisseurs institutionnels qui investissent sous les 100M$ de capitalisation boursière? Autrement dit, si je regarde XBC, à 1,75$ elle attirerait l’attention d’institutions. Est-ce que ce sweet spot est une illusion?

Pour les institutions je te dirais que le plus gros catalyseur est lorsqu’un courtier qu’ils ont comme vendeur se met à couvrir un titre, il faut souvent soit que la compagnie ait besoin d’argent ou qu’elle ait fait une montée fulgurante en bourse pour attirer leur attention (les courtiers veulent souvent être les premiers à couvrir un titre au potentiel de devenir un bon market cap pour avoir le plus de contrats avec la compagnie).

Perso, je crois que le volume (en $) journalier d’un titre est aussi important sinon plus que le market cap, car les institutions ont une vue court terme sur leurs investissements en général (je parle des fonds mutuels, pas des caisses de retraite) et veulent savoir qu’ils peuvent sortir d’un titre assez rapidement si ça ne fonctionne pas comme ils veulent. Certains titres de 500 M$ sont très peu liquides comparés à des titres à 75 M$

En gros, 100M$ de market cap est un sweet spot, mais ce n’est pas le seul sweet spot et tu pourrais manquer de bonnes opportunités si tu attend trop ce point :wink:

  1. Comment évaluez-vous une entreprise avec un très petit market cap, sachant que le vrai argent (d’investisseurs) viendra beaucoup plus tard, ou jamais? Est-ce que « Can attract institutions? » est un de vos critères?

Je n’utilise pas ce critère, ca peut prendre beaucoup de temps avant qu’un titre dégage de l’intérêt des institutions et ce n’est pas nécessaire pour avoir de bons rendements (Xpel est un bon exemple que j’ai manqué :stuck_out_tongue: ) Il y a plein d’institutions avec des stratégies small cap et elles peuvent faire bouger des titres en bas de 100 M$ de market cap assez rapidement. Je me concentre sur des compagnies de qualité qui ont une bonne marge de sécurité quant à leur valeur et leurs risques et ensuite il n’y a plus qu’à attendre et suivre la situation. Il faut dire que j’ai un horizon de 5 ans


#1212

Est-ce que quelqu’un connait/suit la compagnie BEE.v ( Bee Vectoring Technologies International Inc)? J’en suis à mes balbutiements dans mes recherches, mais c’est une compagnie que je trouve intéressante qui utilise les abeilles pour disperser des biopesticides et réduire leur utilisation en faisant une utilisation ciblée. Des producteurs de fraises de la Floride sont déjà clients, mais beaucoup reste a faire. Ils seraient en train de changer l’orientation de la compagnie de recherche vers la vente… alors c’est a partir de maintenant que les revenus risquent de rentrer!

Les producteurs agricoles font déjà souvent affaire avec des ruches pollinisatrices, alors combiner contrôle des pathogènes et pollinisation sauve une étape!

Merci.


#1213

J’ai rencontré le management il y a environ 2 ans dans une conférence. À l’époque ils étaient sur le point de débuter les ventes aussi il me semble haha.

L’opportunité me semblait trop ‘‘early’’ et je n’ai pas vraiment suivi l’entreprise depuis, alors je n’ai pas d’opinion en ce moment. Tout ce que je peux te dire c’est que leur modèle d’affaires semblait intéressant et le besoin semblait assez clair. J’avais eu une bonne impression par rapport au PDG également.


#1214

La compagnie est très intéressante cependant il y à beaucoup de warrants dans la structure d’actions soit 21M et la compagnie tarde à avoir des revenues. Ici j’ai la même opinion que Mathieu, c’est trop tôt.

bee


#1215

journal les Affaires

À partir de la semaine prochaine, la Bourse américaine pourrait se buter à deux petits obstacles qui freineront son appréciation à court terme.

La semaine prochaine s’amorce en effet la période de blocage de cinq semaines qui précède le dévoilement des résultats du premier trimestre, en avril.

Pendant cette période, les entreprises ne peuvent racheter de leurs actions. Les initiés aussi sont tenus de suspendre toute transaction, car ils bénéficient d’informations privilégiées dont ils pourraient tirer profit.

Au minimum, cette règle minimise l’apparence de conflit d’intérêts.

Pendant cette période de cinq semaines, la Bourse américaine est privée d’importants acheteurs réguliers d’actions, l’un des facteurs déterminants derrière l’avance des actions américains ces dernières années, soutient Martin Roberge, de Canaccord Genuity.

Par ailleurs, les actions américaines font historiquement meilleure figure que les autres Bourses du monde lorsque le billet vert s’apprécie, car les deux vont de pair.

Or, le stratège quantitatif croit justement que les conditions sont mûres pour que le dollar américain recule à nouveau parce que l’élan de l’économie américaine brille un peu moins fort par rapport à celui des autres économies, sur une base relative.


CLIQUEZ POUR AGRANDIR l’IMAGE

Les conditions sont mûres pour un nouveau recul du dollar américain, croit Martin Roberge. (Source: Canaccord Genuity)

Les taux de deux ans aux États-Unis ont aussi cessé de creuser leur avantage par rapport à ceux des pays du G7.

M. Roberge a tenté de chiffrer ces observations. Voici ce que les épisodes passés révèlent.

Pendant les périodes de blocage, les actions américaines tirent un peu de l’arrière sur celles des marchés étrangers. En moyenne, l’appréciation de 1,2% des actions américaines se compare à celle de 1,8% pour l’indice mondial sans les États-Unis.

Dit autrement, les probabilités que la Bourse américaine performe mieux que les autres tombe à 43%, pendant les cinq semaines de blocage.

Cela se compare aux chances de 60% d’une performance supérieure des actions américaines pendant toutes les autres périodes.

Le rôle du dollar

En ajoutant le dollar américain à l’équation, les données ont fasciné M. Roberge.

Lorsque le dollar américain s’apprécie, il neutralise l’effet de l’absence d’acheteurs pendant la période de blocage.

Quand le billet vert gagne en valeur, les chances d’une performance supérieure des actions américaines grimpent à 82%, lorsque les entreprises et les initiés ne sont pas bloqués.

Et lorsque le dollar recule pendant la période de blocage, les probabilités que la Bourse américaine fasse mieux que les autres tombent à 32%, précise M. Roberge.

Il conclut en disant qu’il ne serait pas surpris que les actions étrangères prennent l’avance jusqu’à la fin d’avril.


#1216

Merci pour vos réponses au sujet de BEE.V. De ce que j’en comprends, il faudrait attendre que les contrats rentrent plutot que d’entendre dire du pdg que cette année s’annonce bien! Des chiffres valent mieux que des paroles. Mais je vais quand même suivre de pres, j’aime bien ces entreprises de technologies “vertes” (heo, grow, xbc)…

Petite question pour les warrants. Je ne suis pas tres familier avec ce concept, mais de ce que j’ai lu, ca permet d’acheter une action de facon “dilutive”. Cependant, en regardant le tableau, on se rend compte qu’il y a 2 479 800 warrants qui expirent aujourd’hui et 3 572 400 qui expiraient en février. Comme le SP se situe sous le strike price, j’imagine que peu ou pas de warrants auront été convertis, non? ca fait une pression de dilution de pres d’un quart de moins (15M au lieu de 21M), non?

Merci!


#1217

Effectivement, ce serait très surprenant que des warrants à 0,40$ ait été excercés étant donné le prix de l’action à 0,20$.


#1218

Premierement, tres bonne explication de la part de Wisigoth par rapport a ta premiere question. Les institutions ne se risqueront pas sur un titre avec un volume trop bas (ou un Float trop faible) par crainte d’etre pris avec le titre si ca tourne mal.

Pour ce qui est de la 2e question, je verifie, entre autres, le cashflow de la compagnie question de savoir s’ils peuvent financer leur developpement et je verifie a savoir s’ils investissent/gere bien l’argent recueilli avec leurs placements/levees de fonds. De plus, je valide l’impact de la dette et son taux (un haut taux pourrait indiquer que le preteur jugait que les conditions etaient plus ou moins favorables).

Je valide egalement comment la compagnie finance ses activites et les impacts de cela ( trop de warrants en circulations suite a des placements prives ou acquisitions faites en concedant regulierement des shares de la compagnie).

J’analyse aussi les depenses pour m’assurer qu’elles sont sous controle ou en decroissance (explosion recente des salaires des admin?.. soudaine hausse au niveau de la depreciation? etc).

Sinon, entre autre , j’essaye de viser des compagnies avec un float de moins de 100M de shares idealement et qui ont un certain volume d’activite. De plus, j’aime bien quand la compagnie est detenu au moins a 20-30% par le management et que ceux-ci aient une solide experience dans l’industrie.

En esperant t’avoir aider dans ta demarche et bonne chance avec tes investissements.


#1219

Solides réponses de tous, un grand merci !

Ça prendrait plus de discussions comme ça.


#1220

Jai une bonne question pour vous tous … Jaimerais connaitre votre plan de match a partir de combien de pourcentage de gain ou perte vous concidéré la vente d’une parti de votre position? Merci de vos commentaires


#1221

Mon % de gain ou de perte n’a pas vraiment d’impact sur ma décision de vendre ou d’acheter, mis à part des considérations fiscales (vente en fin d’année pour prendre les pertes en capital).